Les PIAL _ pôles inclusifs d’accompagnement localisé _ vont être généralisés à la rentrée 2021 dans le Calvados.

En théorie, selon le Ministère « le PIAL est un dispositif qui permet une amélioration qualitative des aides et des accompagnements proposés à tous les élèves à besoins éducatifs particuliers, identifiés sur le territoire […]»

Dans les faits, d’après les retours de collègues exerçant dans différents PIAL mis en place depuis 2018, l’aspect qualitatif semble discutable.

Les priorités ont plutôt porté sur la rationalisation (via la mutualisation) des moyens humains au service des élèves concernés. En d’autres termes, il s’est agi de répondre à la question suivante : comment donner des heures d’AESH à des élèves plus nombreux sans recruter davantage d’AESH !

Chaque bassin d’éducation est doté d’un PIAL. Il y a donc 5 PIAL dans le Calvados :

  • Bessin
  • Bocage Virois
  • Caen Nord
  • Caen Sud
  • Pays d’Auge

Organisation du PIAL :

  • 1 Pilote = IEN
  • 1 Co-pilote = le chef d’établissement d’un collège dans le bassin d’éducation

  • 1 Coordonnateur départemental PIAL DSDEN (« Rôle de Conseiller, synthèse académique, contrats, enquêtes… »). Mission : accompagner un ou plusieurs PIAL. Rassembler les informations eu sein de tout le Pial. (Au niveau du département : faire des enquêtes au fil de l’année afin de connaître en permanence les besoins, par exemple, le nombre d’élèves ayant des notifications et en attente d’aide humaine, le nombre d’AESH disponibles …)
  • 1 coordonnateur 1er degré : il s’agit d’un directeur école (choisi parmi ceux qui ont candidaté dans le bassin d’éducation concerné, dans le cadre du recrutement sur poste à profil) déchargé à mi-temps pour cette tâche. Mission : coordonner le fonctionnement du PIAL avec l’ensemble des écoles situées dans le bassin d’éducation.
  • 1 coordonnateur 2nd degré (déchargé à mi-temps). Mission : recueillir les infos des référents locaux dans les collèges afin de faire fonctionner le PIAL collèges au sein du bassin d’éducation.

Les deux coordonnateurs (1er et 2nd degré) croisent leurs  infos et moyens afin de répartir au mieux les AESH dans le territoire concerné.

  • 1 référent local par collège, qui perçoit une IMP en fonction du nombre d’élèves concernés dans son établissement.Mission : organiser les accompagnements sur son établissement et en référer au coordonnateur 2nd degré
  • 1 AESH référente. Elle n’aura pas d’heures supplémentaires ni de décharge horaire, percevra environ 600 € par an. Mission : épauler les autres AESH du Pial, faire du lien entre celles-ci et la « tête » de PIAL.

Quel impact sur les contrats des AESH dans le département ?

Tout le Calvados est découpé en PIAL. Par conséquent, tous les contrats actuels d’AESH deviennent des contrats PIAL. En clair, une AESH peut être amenée à intervenir sur n’importe quelle école du secteur PIAL. Exemple, dans le Pays d’Auge, de Honfleur à Orbec. Dans les faits et c’est le cas actuellement, la DSDEN veille à limiter les distances que les AESH ont à parcourir pour rejoindre leur affectation (pas plus de 15 km). Mais compte-tenu de l’absence de nouveau recrutement, on peut craindre que cette « règle » subisse des entorses…

Par conséquent, s’il s’avère qu’une AESH n’a plus d’heures à effectuer auprès d’un élève dans une école (suite à un déménagement par exemple) on pourrait très bien lui demander d’accompagner un élève scolarisé à 30 km dans le secteur. Cela restera sous le contrôle et la vigilance des coordonnateurs… qui feront comme ils pourront avec les moyens disponibles.